JE DETESTE L’ETE ! (Et voilà pourquoi…)

Hello !

Allez, ça fait à peine une semaine que l’été est là et on se prend déjà une vague de canicule ! (A défaut de se prendre une vague d’eau marine)

Olas-Playa-84342Ah, vivement la semaine prochaine que je rentre en Bretagne..^^

Je ne sais pas vous mais je DETESTE l’été. Mes proches le savent mais trouvent que j’exagère. Ah non non non ! Moi qui suis une éternelle optimiste, je vous promets que j’ai toujours tendance à voir le verre (de grenadine…ou de mojito 😉 ) à moitié plein plutôt qu’à moitié vide mais je ne vois QUE des inconvénients à cette saison infernale ! Je vous faire part aujourd’hui de tous les petits désagréments que l’été nous fait subir ! Attention, je vous préviens, il n’y a pas que du glamour dans cet article ! ^^

Tout d’abord, je tiens à signaler que je n’ai jamais aimé l’été. J’étais le genre de petite fille à passer mes journées à l’intérieur, laisser les volets fermés et allumer la lumière. #Vampire 

Résultat de recherche d'images pour "gif vampire twilight"

A 9 ans, mes parents nous ont emmenées en vacances en Ardèche. Août, l’Ardèche, vous voyez le topo ? Un cauchemar : la chaleur, les cigales, la chaleur, marcher, la chaleur, la poussière, la chaleur, la soif, la chaleur…lol

Allez, j’arrête de m’éparpiller et je vous fais part de mon top 20…Euh…top 50 des raisons pour lesquelles je n’aime pas l’été :

Le soleil !!! (Voilà, tout est dit)

*Il y a beaucoup trop de lumière ! Ça fait mal aux yeux, ça fatigue et ça me rend dingue quand tout le monde a pensé à prendre ses lunettes de soleil, sauf moi !

*La chaleur : la chaleur mérite une arborescence à elle toute seule !

=> A cause de la chaleur, on transpire comme pas possible ! Et oui, je connais les douches, le déo, le talc, les crèmes d’Yves Rocher à la lavande, oui, oui, oui.

=> A cause de la chaleur, il y a de la poussière partout dans les campagnes, on se retrouve avec les pieds noirs en fin de journée.

=> Comme il fait beau, tous tes amis veulent manger en terrasse, là où les chaises sont brûlantes parce que ce put*** de parasol ne sert à rien comme la Terre tourne ! (Je vous évite le regard désobligeant de la serveuse quand j’ai demandé à changer de table en cours de repas il y a deux semaines car le parasol ne protégeait plus rien de la table où nous étions…)

=> Après ce fameux déjeuner en terrasse, j’ai repris ma voiture, qui était bien sûr en plein soleil. Donc 35° à l’intérieur, les sièges brûlants, le volant brûlant et la bouteille d’eau tiède !

Résultat de recherche d'images pour "gif terrasse"

=> Mises à part les terrasses, je n’ai jamais compris le principe d’aller bronzer à la plage. (J’y vois plusieurs inconvénients que j’évoquerai plus tard dans le fait d’ALLER à la plage, mais je vous parle ici d’étaler sa serviette sur le sable et s’y allonger dessus pendant des heures.) Mais POURQUOI ?! Tu ne peux pas lire car il y a encore une fois trop de lumière sur tes pages blanches et ça fait mal aux bras. J’en profite pour y glisser le passage de Delerm sur la lecture à la plage :

Pas si facile, de lire sur la plage. Allongé sur le dos, c’est presque impossible. Le soleil éblouit, il faut tenir à bout de bras le livre au-dessus du visage. C’est bon quelques minutes, puis on se tourne. Sur le coté, appuyé sur un coude, la main posée contre la tempe, l’autre main tenant le livre ouvert et tournant les pages, c’est assez inconfortable aussi. Alors on finit sur le ventre, les deux bras repliés devant soi. Au ras du sol, il y a toujours un peu de vent. Les petits cristaux s’insinuent dans la reliure. Sur le papier grisâtre et léger des livres de poche, les grains de sable s’amassent, perdent leur éclat, se font oublier-c’est juste un poids supplémentaire qu’in disperse négligemment au bout de quelques pages. (…)

Alors pourquoi aller s’étaler sur une serviette sur le sable brûlant à subir les cris des enfants aux alentours ? On n’y fait rien, on perd son temps, on risque les coups de soleil si on ne s’est pas bien étalé la crème solaire sur tout le corps (je reparlerai plus loin de l’indécence de l’été), et la chaleur nous met dans un état second de léthargie intense. On peut au mieux aller se baigner (en marchant pieds nus sur la sable chaud et les coquillages) , mais rester bronzer des heures sur la plage, non merci !

Dans la même veine, je reviens sur les coups de soleil que je prend direct avec ma peau pâle. Je déteste le fait de s’étaler de la crème en public sur tout le corps, je déteste ces marques rouges moches, je déteste la sensation de brûlure sous la douche ou contre les draps, et je déteste quand la peau pèle et que tu ne peux rien y faire !

L’alimentation

Habitant dans une station en bord de mer, je connais l’indécence des commerçants locaux qui pendant l’été, n’hésitent pas à te vendre une bouteille de Cristalline à 5€, touriste ou pas.

Du coup, tu te rabats sur une glace à l’italienne qui, tu le sais, va fondre, que tu vas vainement tenter d’éponger avec la serviette en papier qui restera collée au cornet mais qui finira par couler sur ta robe. Surtout que bien sûr, tu as choisi la glace à la fraise rose et pas celle au citron qui était blanche..

Bon, sinon, l’été est l’occasion de se retrouver entre amis le soir. Du coup, on va faire quelques courses pour le dîner, mais bien sûr, tu n’as pas pris de sacs congélation et tes glaces (j’adore les glaces…) ont déjà pris cher. Vous vous êtes décidés pour un barbecue, classique mais efficace. Bien sûr, depuis un an tu es végétarienne, personne ne l’avait vraiment remarqué lors des autres soirées mais là, tu peux difficilement refuser les merguez que te tends ton ami au bout de son pique. Et là commence le monologue habituel des gens qui ne comprennent pas que tu ne manges plus de viande, qui bizarrement savent tout mieux que toi, et bla bla bla, et bla bla bla. L’enfer.

Tant qu’on parle des dîners en extérieur, est-ce qu’on peut parler des gens qui fument à côté de toi pendant que tu es en train de manger ? Parce que si l’hiver, ils sortaient sur la terrasse pour ne pas incommoder tout le monde, aujourd’hui c’est l’été et c’est TOI qui es sur la terrasse, donc tout le monde fume sans poser de questions, et tout le monde trouve ça normal.

Résultat de recherche d'images pour "gif grumpy cat"

Les animaux : 

L’été, c’est LA SEULE SAISON où tu vas les croiser ! Je ne parle pas des papillons mais d’autres bestioles qui te gâchent bien la vie :

*Moustiques : ça fait un bruit d’enfer, ça pique, ça gratte
*Grosses mouches : ça fait un bruit d’enfer et ça se pose partout dans la cuisine
*Guêpes et frelons
*Cousins :
Rentrer en pleine nuit et crier face à ses longues pattes volantes
*Serpents : la forêt, seul refuge naturel où tu peux te balader à l’ombre, avec les serpents qui se dorent la pilule sur le chemin..
*Tiques : ou pourquoi ne pas aller jambes nues dans les herbes folles
*Cigales : Souvenir ardéchois de ce bruit infernal

Résultat de recherche d'images pour "gif abeilles"

Le manque de pudeur des gens : 

L’été c’est la saison du manque de pudeur.
Bim bam boum ! On sort tout ça, on montre, on expose !

J’applaudis les filles (et garçons) qui s’assument à 200% et n’en ont vraiment rien à faire du regard des gens sur leur corps, leurs formes, leur cellulite et leurs bourrelets. Je dis « vraiment » car ce n’est pas le tout de crier haut et fort sur les réseaux sociaux « Marre de la grossophobie, bla bla bla », après il faut pouvoir s’exposer sans gêne aucune sur une plage bondée. Et ça, pour moi, c’est un truc hallucinant ! D’arriver toute habillée sur une plage avec tes amis et hop ! Tout le monde qui commence à enlever t-shirts, pantacourts, robes, etc..

Autre réflexion que je me suis faite. Si tu te promènes toujours en sous-vêtements chez toi sans fermer tes rideaux, au bout d’un moment, tes voisins vont péter un câble. Pourtant, c’est EXACTEMENT la même chose à la plage où tout le monde se promène en deux pièces, short de bain et CA NE CHOQUE PERSONNE.

Sinon, comme il fait trop chaud, tu portes robes, jupes et je ne sais quoi d’autre. Et quand tu es assise, tu es toujours obligée de penser à croiser les jambes ! Ok, on porte aussi robes et jupes en hiver, mais au moins, il y a les collants ! Mais là, que nini ! Tu as une espèce d’entrave psychologique de bienséance à la noix qui, en plein milieu d’une super conversation, te ramène à bien penser à croiser les jambes…ALORS QUE TU TE PROMÈNES EN DEUX PIÈCES A LA PLAGE ! (Désolé, je pète un peu un câble mais cette hypocrisie m’afflige)

Ton potentiel glamour prend cher :

*Pieds :
=> Qui transpirent et glissent dans les sandales ou les tongs quand tu marches (j’habite dans une ville qui monte et qui descend)
=> Les ampoules quand tu ne mets ni bas, ni chaussettes dans des chaussures fermées
=> Se cogner les orteils dans un coin de table
=> Les lanières des sandales qui font mal
=> La galère de marcher dans le sable avec des tongs

*Mains qui transpirent : essaye de serrer des mains en restant digne ou de te servir d’un put*** de portable tactile…
*Aisselles qui transpirent : merci les jobs où tu portes une blouse gris clair !!
*Cuisses qui collent, s’échauffent, s’irritent et te font grave mal quand tu marches
*Transpiration en général : les gens qui sentent mauvais dans les transports en commun, dans les files d’attente. Mais prenez des douches svp ! (Expérience de métro londonien bondé – Eté 2015)

*Maquillage qui coule (oui je me maquille même en été, voir plus haut job où tu as une tenue réglementée) : merci le visage qui brille !
*Ne pas mettre de maquillage pour aller à la plage ou à la piscine parce que ça part et tu as l’air ridicule

*La marque rouge des lunettes de soleil sur le nez dès que tu les enlèves
*Ces lunettes de soleil que tu relèves sur ta tête quand tu parles à quelqu’un parce que sinon c’est malpoli et qui s’accrochent dans tes cheveux quand tu veux les remettre

*Doigts gonflés : essaye d’enlever tes bagues sans savon après avoir passée une journée dehors…

*Dormir sous la chaleur : ou plutôt ne pas pouvoir dormir pour le coup… Avec le dilemne « couette ou pas couette » et le « Nan, j’ai oublié de prendre une bouteille d’eau dans la cuisine ! »
*Cheveux : oublier son élastique est synonyme de journée pourrie

*Marcher pieds nus sur le sable brûlant pour aller se baigner puis sur les coquillages et les galets avant d’arriver dans l’eau, le prochain qui me dit : « C’est bien, ça fait de la réflexologie plantaire ! », je le…

Image associée

Les activités des gens :

La journée de l’enfer commence par les gens qui tout à coup, se mettent à entretenir leur jardin. Et que je te sors la tondeuse, et que je te sors le taille-haies….L’enfer.

On continue avec l’éternel débat « On met la clim’ou pas ? » Et les arguments de ceux qui ont trop chaud, et les arguments de ceux qui ne veulent pas tomber malades… Exaspérant.

Je développe ici mon passage sur : ALLER A LA PLAGE. Pourquoi est-ce qu’en été, tout le monde veut aller à la plage ?! Alors déjà, il faut y ALLER. C’est à dire que pour aller à Quiberon, il y a un isthme, c’est à dire UNE SEULE ROUTE pour 65 000 touristes pendant la saison estivale…Je vous laisse imaginer la longueur du bouchon, la chaleur dans la voiture, et la mauvaise humeur des gens.

Bon admettons, vous êtes arrivés à Quiberon (ou ailleurs hein ^^). Vous allez vouloir trouver une place au plus près de la plage (bien sûr) mais il n’y en aura pas. Donc vous vous garez à perpet’ (ne vous inquiétez pas, le stationnement est payant partout.) Vous allez vous trimballer le combo parasol-glacière-serviettes pendant 10 bonnes minutes rythmées par le flip flap des tongs. Et là, une copine te dit qu’elle a oublié ses lunettes de soleil dans la voiture. (Souvent, cette copine, c’est moi ^^) Donc tu arrives ENFIN sur la plage où tu as trouvé 3m² de libre pour poser tout ton bordel. Toute cette expédition a ramolli les sandwichs qui croustillent un peu avec les grains de sable collés à tes doigts (mains qui transpirent, etc..) Après ce déjeuner frugal, tout le monde veut aller se baigner mais se pose la question de qui va garder les affaires restés sur le sable (parce qu’évidemment, vous avez pris vos portables et vos porte-feuilles pour boire un verre en terrasse après, CQFD ^^)

Qui dit ville touristique dit événements touristiques, et donc rues piétonnisées. Tu veux rentrer chez toi, tu vois un gentil monsieur avec son gilet fluo qui garde une barrière devant ta rue, tu lui demandes où tu peux te garer, il te répond : « Là où vous trouverez de la place ! » Super…

Comme nous sommes des moutons, l‘été nous faisons tous les mêmes activités : plage, feu d’artifice, festivals, concerts, fêtes de villages…Merci la galère pour y arriver, se garer, et merci la promiscuité avec les gens qui te touchent, se collent à toi, certes sans faire exprès, mais merci quand même. (Surtout si, comme évoqué plus haut, ils ont zappé la douche…)

On finit la soirée avec toi qui souhaite dormir la fenêtre ouverte, mais tes voisins qui font une soirée ont mis la musique à fond et crient (chantent?) car l’alcool leur monte à la tête alors que tu voudrais dormir !!! De toute façon, tu sais que tu ne vas pas dormir car il fait beaucoup trop chaud, le ventilo fait trop de bruit, et un moustique te guette sur le mur d’en face…

En conclusion, vous l’aurez bien compris, je déteste l’été. Vous allez me dire que chaque saison a son lot d’inconvénients comme le froid, les rhumes, le pare-brise gelé dès le matin mais comme dirait Alison Wheeler, « Je suis une novembriste et je le vis bien » 😀

 

Publicités

Thème n°34 : Ces livres populaires que je n’ai pas appréciés

top-51.png

Bonjour tout le monde !

On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle session de « Ces livres qui… », rendez vous que je viens de rejoindre et que vous pouvez retrouvez sur les blogs de Laura, HarlowIris et Ludo.

Ce nouveau rendez-vous littéraire vous permet de découvrir nos Top 5 des lectures répondant au thème choisi. Cette semaine, ce sera…

Top 5 des livres populaires que je n’ai pas appréciés.

8

J’ai terminé avec beaucoup beaucoup beaucoup de peine Les Fiancés de l’hiver. Que dire, que dire ? Au niveau des personnages, on a un mélange de faux semblants, maltraitance, perfidie, violence, manipulation, faux sentiments, excès en tout genres…. Les personnages principaux sont soient cruels, naïfs, ou vides. Au niveau du décor, aucun aspect de ce monde farfelu ne m’a fait rêver ! On est sur un mélange de Hunger Games et de Cour de Versailles… C’est une énorme déception !

8

Je n’avais pas du tout apprécié Cinquante Nuances de Grey. Le style m’a beaucoup déçue, les « Bébé » à répétition et le comportement d’Ana qui m’a fait lever les yeux au ciel plusieurs fois. Il ne se passe vraiment pas grand chose, le secret de Christian en devient lassant tellement on n’avance pas à ce sujet. Si vous chercher le grand frisson, passez votre chemin…

5

Ce qui nous lie. Sur la forme, Samantha Bailly a une écriture simple. Avec phrases courtes. Phrases nominales. Comme celles-ci. Et ce style fatigue très vite le lecteur. De plus, les chapitres s’enchaînent entre passé, présent, futur, ce qui ne rend pas la lecture des plus agréables. Sur le fond, l’auteur enfonce des portes ouvertes sur de nombreux thèmes. On a le droit à des phrases toutes faites sur les peines de cœur, le deuil, le monde de l’entreprise. Ce qui nous lie m’a donné l’impression de lire le journal intime que j’écrivais quand j’avais 13 ans.

6

Charme. « La véritable histoire de Cendrillon » qu’ils disaient…Mon Dieu, dites moi que ce n’est pas vrai ! Sarah Pinborough a ruiné mon conte d’enfance préféré. On dit que les contes tels qu’on les connait aujourd’hui sont tirés d’histoires plutôt glauques et cruelles. Et c’est bien cette version que l’on ne veut pas voir quand on lit un conte de fées. Mais Sarah Pinborough n’hésite pas à reprendre cette version cruelle… Par ailleurs, tout au long de la lecture, on retrouve de GROSSES allusions aux autres contes et alors la fin…mais la fin mon Dieu ! Enfin, les personnages principaux, aux grandes qualités de cœur dans la version originale, sont ici bien marqués par leurs défauts : jalousie, luxure, envie, cachotterie en tous genres…

couv10108125.jpg

J’ai lu Dans les forêts de Sibérie pendant un été caniculaire. Je pensais m’évader dans un Nature writing avec des descriptions de paysages à couper le souffle…Rien de tout ça ! L’auteur nous livre une grande introspection à coup de shots de vodka. J’ai trouvé ce récit très ennuyant, oscillant entre monologues et descentes de vodka.

Bonne journée les loulous ! Portez vous bien ! ❤

Mes livres de développement personnel !

if you are searching.jpg

Bonjour tout le monde ! J’espère que vous allez bien. Je vous présente aujourd’hui mes livres-doudous : les livres de développement personnel. Je les classe en trois catégories.

Tout d’abord, les livres traitant du minimalisme : minimalisme chez soi, dans son assiette, dans sa tête, etc…Ensuite viennent  ceux pour apprendre à mieux s’organiser et optimiser ses journées. Puis, les livres proposant de créer un nouveau mode de vie chez soi, tel que le livre du hygge danois, la Magie du Rangement ou Comment se créer un petit nid douillet. Enfin, nous avons les lectures nous proposant de mieux consommer au quotidien et limiter ses élans vers la société de consommation.

N’hésitez pas à laisser un petit commentaire si vous souhaitez échanger à propos de ces livres ! 😉

Minimalisme


Organisation


Maison

 

Mieux consommer

Sociologie

Book haul & Bilan lecture – Avril 2017

*BOOK HAUL*

En ce joli mois d’avril qui vient de s’écouler, j’ai craqué pour trois livres complètement différents : un roman contemporain, un traité de philosophie et un livre de développement personnel.

*BILAN LECTURE*


Ma vie en mieux
Coup de ❤ ultime pour ce livre !
Gretchen Rubin nous distille sa vision de la vie sous la forme d’habitudes, de routines à mettre en oeuvre pour être plus épanoui et atteindre nos objectifs. Plus de « Je n’ai pas le temps », « On verra demain », « Je n’y arriverai pas », « C’est trop dur / trop long / trop contraignant ». Partisane du petit pas conquérant plus que de la grande enjambée ratée, elle nous rappelle à quel point chaque petite action du quotidien peut nous aider à atteindre nos rêves, apaiser nos angoisses, se réaliser soi-même, et devenir une meilleure personne.

Guide des égarés
Bim bam boum ! Seconde excellente lecture d’avril. De jolies réflexions philosophiques sur les grands principes universels qui rythment nos existences humaines : le temps, la pensée, le mal, la liberté, le plaisir, le bonheur, la joie, l’histoire, le progrès, la justice, la beauté, la vérité, l’amour, Dieu, etc… Des références aux hommes historiques, aux écrivains, aux philosophes de tous temps et de toutes nationalités. De très belles phrases, comme des éclats de lumière, qui font de Jean d’Ormesson ce grand homme contemporain.

On s’aperçoit, surtout en cette période où le fascisme est aux portes de nos villes, que tout homme, qui il soit et d’où qu’il vienne, fait face aux mêmes tourments et aux mêmes plaisirs de l’existence humaine.

Le livre du hygge
Et allez ! On continue avec cette autre super lecture du mois d’avril ! On y retrouve plein de bonnes idées pour instaurer un peu plus de hygge dans notre quotidien, saison après saison. En vrac : la lumière des bougies, un éclairage tamisé, des pâtisseries, une boisson chaude, une écharpe moelleuse, un pull en laine, des objets en bois, des livres, un plaid et des coussins mais surtout, une bonne compagnie ! On y trouve aussi de bons conseils pour pratiquer le hygge en extérieur, entre amis ou en famille, à Noël mais aussi des conseils pour visiter les coins hyggelig de Copenhague !

*CHALLENGE GOODREADS*

Bilan Challenge Goodreads Avril 2017 : 10/36
>> 2 livres de retard

Ma bibliothèque – Par titre

0-935 kilos d’espoir de Anna Gavalda

A

Ainsi puis-je mourir de Viviane Moore

Arthur et les Minimoys, tome 1 de Luc Besson

B

Beautiful Player de Christina Lauren

Beautiful Stranger de Christina Lauren

Beaux rivages de Nina Bouraoui

Besoin de mer de Hervé Hamon

C

Ce qui nous lie de Samantha Bailly

Cinq jours de Douglas Kennedy

Cinquante nuances de Grey, tome 1 de E. L. James

Claude Gueux de Victor Hugo

Comme la mer en hiver de Susanna Kearlsey

Conseils de fées et potions magiques pour se sentir bien de Valérie Motté

Contes des Royaumes, tome 2 : Charme de Sarah Pinborough

Crossfire, tome 1 : Dévoile-Moi de Sylvia Day

Crossfire, tome 2 : Regarde-Moi de Sylvia Day

D

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman

Demain j’arrête ! de Gilles Legardinier

Dublin Street, tome 1 de Samantha Young

Dublin Street, tome 3 : Jamaica Lane de Samantha Young

E

Encore une danse de Katherine Pancol

Enregistrements pirates de Philippe Delerm

F

Franz et Clara de Philippe Labro

G

Geobook : 100 pays, 5000 idées de Dominique Fleurmont

Georgian, tome 1 : Si vous le demandez de Sylvia Day

Germinal de Emile Zola

H

Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l’école des sorciers de J.K. Rowling

Harry Potter, tome 2 : Harry Potter et la chambre des secrets de J.K. Rowling

Harry Potter, tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban de J.K. Rowling

Harry Potter, tome 4 : Harry Potter et la coupe de feu de J.K. Rowling

Harry Potter, tome 5 : Harry Potter et l’Ordre du Phénix de J.K. Rowling

Harry Potter, tome 6 : Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé de J.K. Rowling

Harry Potter, tome 7 : Harry Potter et les Reliques de la Mort de J.K. Rowling

Hôtel : chambre I de Emma Mars

Huit saisons de Justin Cronin

J

J’ai laissé mon coeur dans les brumes d’Edimbourg de Carolina Lozano

J’arrête le superflu de Joanne Tatham

Je l’aimais de Anna Gavalda

Je vais passer pour un vieux con et autres petites phrases qui en disent long de Philippe Delerm

L

L’amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder

L’art de l’essentiel de Dominique Loreau

L’art de la simplicité de Dominique Loreau

L’art des listes de Dominique Loreau

L’art du minimalisme de Elodie Joy-Jaubert

L’elfe de la rose et autres contes du jardin de Hans Christian Andersen

L’empreinte de toute chose d’Elizabeth Gilbert

L’Homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle

L’Île au trésor de Robert Louis Stevenson

 

La condition pavillonnaire de Sophie Divry

La culture générale pour les nuls de Florence Braunstein

La Délicatesse de David Foenkinos

La Famille York, tome 1 : Coeur rebelle de Victoria Dahl

La femme au carnet rouge de Antoine Laurain

La fille de l’hiver d’Eowyn Ivey

La liste de mes envies de Grégoire Delacourt

La magie du rangement de Marie Kondo

La passe-miroir, les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe Delerm

La ronde des saisons, tome 2 : Parfum d’automne de Lisa Kleypas

La ronde des saisons, tome 3 : Un diable en hiver de Lisa Kleypas

La saga Waterfire, tome 1 : Deep Blue de Jennifer Donnelly

La sieste assassinée de Philippe Delerm

La soumise, la novice de Tara Sue Me

La vie en mieux d’Anna Gavalda

Lady Julia, tome 1 : Le Silence de Grey House de Deanna Raybourn

 

Le chardon et le tartan, tome 1 de Diana Gabaldon

Le chardon et le tartan, tome 2 : Le talisman de Diana Gabaldon

Le chardon et le tartan, tome 3 : Le Voyage de Diana Gabaldon

Le chardon et le tartan, tome 4 : Les tambours de l’automne de Diana Gabaldon

Le premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi

Le Trône de Fer, intégrale, tome 4 de George R.R. Martin

 

Les brumes de Grandville de Gwendoline Finaz de Villaine

Les divines glaces à l’italienne d’Anna d’Abby Clements

Les eaux troubles du mojito de Philippe Delerm

Les étoiles de Noss Head, tome 1 : Vertige de Sophie Jomain

Les étoiles de Noss Head, tome 2 : Rivalités de Sophie Jomain

Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand

Les Impressionnistes de Collectif

Les Misérables de Victor Hugo

Les petits plaisirs de Maeve Haran

Les tribulations d’une jeune divorcée de Agnès Abécassis

 

Londres de Anne-Lucie Grange

Londres de Collectif

Londres de Louise Nicholson

Lux, tome 1 : Obsidienne de Jennifer L. Armentrout

M

Ma vie en mieux de Gretchen Rubin

Mange, prie, aime de Elizabeth Gilbert

Manuella de Philippe Labro

Méditations poétiques de Lamartine

Mythologie de Roland Barthès

N

Nos mensonges de Louise Douglas

Nous de David Nicholls

P

Pas plus de 4 heures de sommeil de Marlène Schiappa

Petits moments de bonheur volés de Francesco Piccolo

Pompéi de Robert Harris

Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfs de Charles Haquet

Promenades en bord de mer et étonnements heureux d’Olivier de Kersauson

Q
Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer

S

Sans télé, on ressent davantage le froid : Chroniques de la débrouille de Titiou Lecoq

Sauvage par nature de Sarah Marquis

Si seulement… de Nicola Doherty

Soudain, seuls de Isabelle Autissier

T

Tombée du ciel de Cecelia Ahern

Touriste de Julien Blanc-Gras

Tout sauf le grand Amour de Kristan Higgins

Treize petites enveloppes bleues, tome 2 : La dernière petite enveloppe bleue de Maureen Johnson

U

Un bon petit diable de Comtesse de Ségur

Un jour de David Nicholls

Wishlist 2017

Hello tout le monde !

Je vous présente ma Wishlist livresque. Je la décline en fonction des saisons puisque c’est un paramètre qui joue beaucoup dans mes achats. J’espère de tout cœur que vous découvrirez de nouvelles pépites ! 🙂

~ Printemps ~

gif spring

Au printemps, on fait le grand ménage. On commence par vider ses armoires et ses placards et on se débarrasse de tout le superflu : chaussettes percées, vaisselle ébréchée, robot en panne, chaussures trop petites… Et on s’organise pour prendre du temps pour soi. Quelques lectures en conséquence :

*J’arrête de m’épuiser, Marléne Schiappa
*J’arrête d’être débordée, Barbara Meyer
*Savoir s’organiser au quotidien, Hélène Jovignot
*10 minutes pour soi, Françoise Réveillet
*Comment bien démarrer votre semaine, Patrice Rolot

Au printemps, la nature renaît. Les hirondelles reviennent, les fleurs colorent la campagne et les jardins. A lire durant ces mois :

*Au premier chant du merle, Linda Olsson : Fraîchement installée à Stockholm, Elisabeth se retire du monde jusqu’au jour où…Ce récit d’une rééducation sentimentale est aussi une invitation au voyage nommé lecture.

*Le jardin des secrets, Kate Morton : À la mort de sa grand-mère, Cassandra hérite d’un mystérieux cottage en Cornouailles dont le jardin secret pourrait bien apporter les réponses au mystère d’une petite fille abandonnée…

*Histoire naturelle, Editions Flammation

*Les Héritiers des Highlands, Paulo Quinn : chevauchée dans les vertes prairies écossaises

*L’antichambre des souvenirs, Iman Ayitayo : un journal intime et une clé recouverts de pétales de fleurs roses en couverture…Spring is coming

*Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Raphaëlle Giordano : un pommier en fleurs sur la couverture…Spring is here

*La dernière conquête du major Pettigrew, Helen Simonson : un afternoon tea dans la campagne anglaise

*Arthur, Luc Besson : l’épopée folle des Minimoys dans le jardin

*Les chroniques de Virgin River, Robyn Carr : Repartir à zéro, quitter la ville et s’installer à la campagne, est-ce la solution pour faire son deuil ?

Au printemps, on est un peu fleur bleue (sans mauvais jeu de mots) et la romance nous inspire avec d’un côté la romance historique :

*Si vous m’embrassez, Sylvia Day : lors d’un jeu dans une garden party, les yeux bandés, une noble anglaise mariée à un comte, embrasse un inconnu

*Le secret de Pembrooke Park, Julie Klassen : une romance dans un château anglais

*La ronde des saisons : Scandale au printemps, Lisa Kleypas : XIX siècle, une riche héritière doit se trouver un époux lors de la saison anglaise mais ne l’entend pas de cette oreille

*Sans orgueil ni préjugés, Cassandra O’Donell : Ambiance Fête de la Saint Patrick avec ce nom irlandais et cette couverture verte

*Summerset Abbey, TJ Brown : 1913, trois filles qui grandissent ensemble dans un château anglais sans s’apercevoir de la lutte des classes qui émerge dans le monde moderne

Et la romance contemporaine :

*Seulement si tu en as envie, Bruno Combes : une vie ordinaire qu’on pensait pouvoir mener de front, un amour adolescent qu’on croyait oublié, une rencontre imprévue et c’est la remise en cause de toute une existence

*Au plaisir d’aimer, Janine Boissard : des peintres invités dans un château vendéen

Au printemps, on voit la vie sous un nouveau jour et on apprécie les petits bonheurs du quotidien :

*Journal d’un homme heureux, Philippe Delerm : Philippe Delerm, pas besoin d’en dire plus

*La vie est faite de ces toutes petites choses, Christine Montalbetti : savoir apprécier les choses qui nous entourent

*Les premières fois, Santiago Amigorena : flash back sur les petits moments de bonheur qui ont marqué notre enfance et adolescence

*Guides des égarés, Jean d’Ormesson : C’est à la question : «Qu’est-ce que je fais là ?» que s’efforce de répondre ce manuel de poche qui n’a pas d’autre ambition que de décrire avec audace, avec naïveté, avec gaieté ce monde peu vraisemblable où nous avons été jetés malgré nous et de fournir vaille que vaille quelques brèves indications sur les moyens d’en tirer à la fois un peu de plaisir et, s’il se peut, de hauteur.

Au printemps, on rêve de grands espaces et de découvertes :

*Suzon, Louise Bachellerie : tout quitter et partir à l’aventure sur un bateau

*Ecosse, terre de légendes, Michel Rodrigue : balade dans les vertes contrées du Nord

~ Eté ~

gif summer2

L’été c’est la chaleur, la plage, les glaces et les vacances ! Alors on sort les romans qui sentent bon les grands départs, les voyages et le sud. Dans la wishlist de l’été, on retrouve des senteurs d’Italie, de rencontres fortuites, et de nuits au clair de lune. C’est aussi l’occasion de lire de gros pavés !

*Outlander, la Croix de Feu, Diana Gabaldon : 1 532 pages quand même !

C’est l’été, direction plein Sud !

*Les amoureux de l’hôtel Montini, Mark Lamprell : Rome, trois histoires. Une femme fête son enterrement de vie de jeune fille à Rome mais tombe sur un jeune anglais, un couple qui revient sur les traces du début de leur amour et deux belles sœurs qui se retrouvent à Rome pour accomplir la dernière volonté de leur mari et frère.

*Captive, Renée Ahdieh : La Turquie de Shéhérazade, les senteurs d’Orient du riad du calife

*La Maîtresse de Rome, Kate Quinn : on retourne en Italie au temps de l’Antiquité

*Les Luminaires, Eleanor Catton : la ruée vers l’or en Nouvelle-Zélande, des parfums d’ailleurs

*Ce mexicain qui venait du Japon et me parlait de l’Auvergne, Jean-Claude Lalumière

*Petit traité sur l’immensité du monde, Sylvain Tesson : le carnet de route du célèbre globe-trotter français

C’est l’été, calor a la playa :

*La ronde des saisons : Secret d’une nuit d’été, Lisa Kleypas : XIX siècle, la suite des aventures amoureuses de la bande d’amies aristocrates anglaises

*Pour la peau, Emmanuelle Richard : une rencontre hasardeuse entre deux inconnus

*After, Anna Todd : Hot summer, hot fever

*De tes nouvelles, Agnès Ledig : Valentine, institutrice dans un village vosgien, avait vu entrer dans sa vie Eric, meurtri par la mort de sa femme, et sa fille Anna Nina. Devenus amants, Eric et elle se sont séparés, incertains de leurs sentiments. Le veuf inconsolable est cependant revenu avec sa fille et la fondation d’une nouvelle famille semble être une évidence. Mais une présence masculine inattendue vient semer le trouble.

*Je peux très bien me passer de toi, Marie Vareille : deux copines que tout rassemble sauf leur comportement envers les hommes,  la séductrice et la romantique décident de se mettre dans la peau l’une de l’autre mais rien ne se passe comme prévu

Partir loin (…ou pas) pour faire le point sur sa vie :

*Sans bagage, Clara Bensen : Une rencontre en ligne. Tout les oppose mais ils décident de partir en voyage ensemble. 8 pays en l’espace de 3 semaines. La règle du jeu ? Pas de réservation d’hôtel, pas de programme, juste les billets aller-retour et, surtout, pas de bagage. Un périple entre carnet de voyage et histoire d’amour.

*Walden ou la vie dans les bois : un homme s’exile pendant deux ans dans une cabane coupée du monde

*Wild, Cheryl Strayed : tout quitter et partir seule faire un trek pour apprendre qui on est vraiment

*Vingt cinq ans de solitude, John Haines : un exil de vingt-ans dans une cabane en Alaska

*La nuit des Trente, Eric Metzger : un homme erre seul dans la nuit parisienne qui marque sa 30e année et fait le point sur son existence

~ Automne ~

gif fall

L’automne est ma saison préférée ! Il fait moins chaud, les couleurs sont magnifiques, les châtaignes grillent, les tasses se remplissent de thés et de chocolat chaud, et les livres s’empilent pour anticiper les longues nuits d’hiver. Pour cette saison, je choisis des livres à l’esprit cocooning :

*Le livre du hygge, Meik Wiking : la philosophie du bonheur à la danoise

*Conseils de fées et potions magiques pour se sentir bien, Valérie Motté : un grimoire plein de petites astuces pour améliorer son quotidien

*La renarde, Hugues Douriaux : Une promenade dans les bois, où l’héroïne va tomber nez à nez avec une renarde qui lui redonnera goût à la vie

*La disparue de Cambridge, Christian Jacq : ambiance rentrée des classes dans la prestigieuse université anglaise

*Quelqu’un comme toi, Xavier Bosch : ambiance bibliothèque avec une histoire qui naît chez un bouquiniste parisien

Des lectures pour Halloween :

*Les étoiles de Noss Head : Accomplissement, Sophie Jomain : des créatures, parfaites pour célébrer Halloween, peuplent ce livre

*Rose morte : floraison, Céline Landressie : une histoire de vampires dans le Paris du XVIe siècle

~ Hiver ~

gif winter

Enfin l’hiver est là avec ses contradictions livresques : flocons de neige et froid polaire ou ambiance cosy et lumineuse au coin du feu près du sapin de Noël ? En tout cas, les livres aux titres hivernaux ou couvertures enneigées ne manquent pas en librairie. Parfait pour le challenge ! >> Lien vers : *Cold Winter* !

Pour le challenge de l’année prochaine, je compte lire :

*Café givré,  Suzanne Selfors : L’hiver glacial, un coffee shop où se protéger du froid et un vœu exaucé

*La fille du froid, Rupert Tomson : histoire d’une fille née in vitro grâce à un embryon congelé et qui décide de s’enfuir, toujours plus au Nord

*La Liste de Noël, Jojo Moyes : En plein shopping de dernière minute pour boucler la liste des cadeaux pour sa famille, Chrissie remet en question les obligations sociales de Noël et envoie tout balader

On prend la route vers les pays du Nord où le froid et la pluie sont maîtres de la météo : Islande, Ecosse, Scandinavie, Alaska.

*Pêcheur d’Islande, Pierre Loti : terre glaciale, hostile et magnifique racontée par un pêcheur breton

*Zona frigida, Anne Ragde : une croisière à destination des terres du grand Nord pour pouvoir régler ses comptes…mais avec qui si ce n’est soi-même ?

*Les Clan Seekers, Arwen Elys Dayton : le ciel gris, menaçant et pluvieux de l’Ecosse prend la plus grosse partie de la couverture

*Erik le Viking, Terry Jones : un viking, la Scandinavie, « C’est le Nord ! »

*Indian Creek, Pete Fromm : un exil dans les Montagnes Rocheuses au cœur de l’hiver, hymne aux grands espaces sauvages

*Le Grand Jeu, Cécile Minard : Une femme décide de s’isoler dans un refuge accroché à la paroi d’un massif montagneux. Elle s’impose la solitude, ainsi qu’un entraînement physique et spirituel intense. Mais sa rencontre inattendue avec une ermite bouleverse ses plans.

*Le Grand marin, Catherine Poulain : Quand Lili Colt arrive à Kodiak, un port de l’Alaska, elle sait qu’elle va enfin réaliser son rêve : s’embarquer sur un de ces bateaux qui partent pêcher au loin. Le choc est brutal. Il lui faut dormir à même le pont dans le froid insupportable, l’humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, les blessures…Seule femme au milieu de ces hommes rudes, au verbe rare et au geste précis qui finiront par l’adopter.

Nous reste-t-il un peu de place pour la romance pour réchauffer nos cœurs ?

*De ronces et d’écume, Danielle Guisiano : une couverture aux teintes grises et roses, romance historique où une noble irlandaise décide de prendre son destin en main

*L’ange de minuit, Lisa Kleypas : Saint-Pétersbourg, 1870. Tasia sera exécutée demain à l’aube. Grâce à l’aide d’une servante, elle parvient à s’enfuir. Elle gagne l’Angleterre et réussit à obtenir une place de gouvernante chez lord Stokehurst. Aujourd’hui, c’est elle la servante, face à un homme habitué à régner et à obtenir tout ce qu’il veut. Y compris la ravissante Tasia.

L’hiver marque également le début d’une nouvelle année et avec elle les bonnes résolutions. Alors cette année, pourquoi ne pas décider de manger moins de viande ? De partir en voyage au bout du monde ?

*Antispéciste, Aymeric Caron : En remettant en question la place de l’Homme selon son utilité pour la Terre, l’auteur remet en cause notre mode de vie

*1 000 choses à voir dans le monde, Lonely Planet : en panne d’inspiration pour les prochaines vacances ?

*Peut-on prévoir l’avenir, Jacques Attali : petit grimoire à l’usage de ceux qui voudraient analyser leur présent pour prévoir leur avenir

Et voilà ma wishlist du moment ! Elle compte à ce jour 64 ouvrages. Bien entendu, elle évoluera au gré de mes envies (et de mes achats !)

Je vous fais de gros bisous ! A bientôt ! ❤

Book haul & Bilan lecture – Mars 2017

gif spring

*BOOK HAUL*

Toujours dans cette démarche d’optimiser le temps qui passe pour pouvoir réaliser mes projets, je me suis procurée Ma vie en mieux de Gretchen Rubin dont Madmoizelle avait écrit un chouette article. Ce livre promeut le pouvoir des habitudes pour atteindre le bonheur et ça me parle…

Avec mes livres de développement personnel, vous connaissez maintenant mon goût pour la planification et l’organisation « to get sh*t done« . ^^

Dans le même esprit, Margaud a écrit un article sur les routines, qui se rapprochent des habitudes et aident à vivre sereinement jour après jour.

Je me suis également procurée La novice de Tara Sue Me car les couvertures noires et jaunes de la saga me faisaient de l’œil depuis longtemps. J’espère juste ne pas tomber dans un schéma à la 50 nuances de Grey…

*BILAN LECTURE*

La mer en hiver, Susanna Kearsley : 

10

Lorsque Carrie McClelland, auteur à succès, visite les ruines du château de Slains, elle est enchantée par ce paysage écossais, à la fois désolé et magnifique. La région lui semble étrangement familière, mais elle met de côté son léger sentiment de malaise afin de commencer son nouveau roman, pour lequel elle utilise le château comme cadre et l’une de ses ancêtres, Sophia, comme héroïne. Puis Carrie se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au cœur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé.

Pour cette dernière lecture sur le thème hivernal, La mer en hiver semblait présenter un combo idéal : l’Ecosse, un château, une histoire d’amour, une intrigue dans le passé, une écrivaine qui commence son nouveau roman. Si le début m’a paru prometteur, le manque de péripéties a fait traîner l’histoire en longueur et certains passages m’ont fait lever les yeux au ciel. La romance, d’un côté comme de l’autre, peine à démarrer. J’ai abandonné la lecture à plus de la moitié, en ayant feuilleté les derniers chapitres pour connaître la fin. 

*CHALLENGE GOODREADS*

Ayant traîné La mer en hiver pendant plus d’un mois, je suis désormais en retard sur mon challenge Goodreads…

Bilan Challenge Goodreads Mars 2017 : 6/36
>> 3 livres de retard